Crowdfunding BIM
Fédération Suisse des Architectes Paysagistes
Federazione Svizzera Architetti Paesaggisti
Bund Schweizer Landschaftsarchitekten und Landschaftsarchitektinnen

Groupe de travail Standards BIM

Chères et chers collègues,

BIM s’implante de plus en plus dans le secteur de la construction. L’architecture du paysage peut elle aussi profiter de cette nouvelle méthode, sous réserve d’être proactive. Les problématiques touchant au paysage sont actuellement insuffisamment représentées dans BIM, ce qui affaiblit notre position. En tant que profession, nous avons dorénavant la possibilité de nous investir de manière dynamique, tant sur le plan national qu’international, dans le développement de BIM au profit de l’architecture du paysage, avec pour objectif de contribuer à renforcer davantage notre secteur d’activité.

La FSAP soutient l’activité du groupe de travail BIM, même si les moyens financiers indispensables pour la promotion de cette activité dépassent largement les possibilités qui sont les nôtres.

Aussi, le groupe de travail en charge des standards BIM vous incite – en tant qu’entrepreneurs et services de l’administration – à fournir une contribution volontaire. Ce n’est que de cette manière que notre profession sera capable de jouer un rôle déterminant dans le cadre de la numérisation de notre secteur.

Pour ce faire, nous avons besoin pour l’année prochaine d’un montant de CHF 100'000.- minimum afin de nous engager dans les activités les plus urgentes.

FAIRE UN DON EN FAVEUR DE BIM DANS L’ARCHITECTURE DU PAYSAGE

Un certain nombre de bureaux ont déjà offert leur soutien. Or, nous souhaitons un large support de tous les bureaux intéressés par cette thématique. Nous recommandons une contribution de CHF 1'000.- en ce qui concerne les petits bureaux (contribution minimale), et jusqu’à CHF 10'000.- dans le cas de bureaux importants. L’horizon temporel visé pour récolter cette somme est fixé au 30.11.2019. L’argent ainsi récolté sera géré par la FSAP et son utilisation sera déterminée par le comité de la FSAP, sur recommandation du groupe de travail en charge des standards BIM.

Chaque donatrice ou donateur tire un profit immédiat de son soutien et
  • bénéficie d’un accès exclusif à une formation continue d’une journée à la HES Rapperswil consacrée à la thématique de la gestion BIM,
  • fournit une contribution importante au développement de notre profession,
  • sera cité au cours de la prochaine AG en tant que soutien de la communication.

Depuis janvier, le groupe de travail en charge des standards BIM s’est penché sur l’univers du BIM. Nous nous sommes ainsi procuré à la fois une vue d’ensemble de cette nouvelle méthode de planification et une idée sur son degré d’implémentation au niveau suisse et international dans le domaine de l’architecture du paysage. De plus, nous avons profité de cette période pour nous familiariser avec le réseau et occuper une place dans diverses commissions. Nous avons dorénavant abouti à une phase au cours de laquelle nous sommes capables de nous confronter de manière concrète avec le développement de BIM au sein de la FSAP. Les étapes suivantes englobent les trois thématiques suivantes :

1. Use cases (applications)
2. ifc Landscape (format d’échanges / structure des données)
3. plate-forme de coordination


Use cases : BIM constitue fondamentalement une nouvelle méthode de planification basée sur la coopération. La méthodologie BIM se fonde dès lors sur des standards. Au-delà, BIM offre un large éventail de nouveaux instruments numériques, dont l’utilisation dans notre domaine doit encore être analysée et codifiée.
Les applications (Use cases) permettent de décrire de manière homogène (normée) les processus auxquels nous recourons dans le cadre de la méthode BIM. Sur la base de la définition de processus, il est possible d’obtenir dans notre domaine des résultats (description de cas d’application, bases de la standardisation, mais également des conclusions portant sur les prestations et les estimations). Nous évaluons les besoins en matière de Use cases devant être définis à quelque 20 à 30 cas de figures. La mise en forme d’un seul Use case coûte entre CHF 20'000.- et CHF 30'000.-. Pour débuter, nous avons besoins d’une somme nous permettant de réaliser un seul Use case exemplatif.

ifc Landscape : le format de données ifc décrit la structure géométrique et les informations concernant un modèle BIM. Il s’agit là du standard international de BIM, qui détermine par conséquent le processus propre à la méthode BIM, mais également son implémentation au niveau de solutions concernant les programmes informatiques. Les thèmes relevant de l’architecture du paysage ne sont actuellement pas représentés dans l’ifc.
BuildingSMART international est disposé à lancer un projet « ifc for site, landscape and urban planning » dès le financement d’une somme de 240'000.00 $ (sur le plan international) assuré par des dons. Dans le cadre d’une participation à cet échange sur le plan international, des Use cases d’autres pays peuvent (après mise à jour) être repris en Suisse. Le montant minimum pour un don s’élève à 35'000.- $.

Plate-forme de coordination : L’élaboration de Use cases exige un degré élevé de coordination tant sur le plan du contenu qu’au niveau professionnel, qui ne peut pas être assuré par le groupe de travail en charge des standards BIM de la FSAP. Un lieu de coordination a pour tâche majeure d’organiser des Use cases, tout en garantissant des contributions de soutien et des parrainages. Les instances de coordination travaillent en collaboration étroite avec le groupe de travail en charge des standards BIM et reçoivent des mandats de sa part.
La HES Rapperswil est intéressée par la prise en charge de la plate-forme de coordination. En tant qu’association, nous fournissons un financement pour le lancement de cette instance, tandis que la HES étudie d’ores et déjà des pistes en vue d’obtenir des ressources supplémentaires auprès de sources de financement uniquement accessibles aux établissements d’enseignement universitaires, dans le but de faire progresser la thématique. Un financement efficace de lancement s’élève à CHF 35'000.-.

Le groupe de travail en charge des standards BIM est convaincu que notre profession peut faire un pas décisif en direction d’un avenir numérique et est de nature à assumer une présence attrayante aux yeux de la collectivité. Ce n’est que si nous sommes capables de participer activement à ce processus de développement que nous pourrons présenter un front uni et une position forte.

Nous vous remercions de tout cœur pour votre soutien !

Pour le groupe de travail :
Florian Glowatz-Frei et Christian Carnier